Tome 1: L'entrée

Genre : essai

524 pg – A5 (5.83 x 8.27 in / 148 x 210 mm)

Atteint du syndrome d’Asperger, Allan Arsmann a développé un « intérêt particulier » pour la Bible et l’archéologie. À l’âge de vingt-cinq ans, il va commencer à lire la Bible de manière compulsive. Il va la lire à plusieurs centaines de reprises, quasiment sans s’arrêter, pendant plus de quatre ans. Y ajoutant la lecture de milliers de textes anciens et d’analyses modernes, il va emmagasiner en son esprit un ensemble de connaissances totalement inédit. Fort de cet assemblage de données, son cerveau Asperger va lui permettre de solutionner quelques-unes des plus grandes énigmes de l’histoire. Son analyse offre une vision rationnelle unique qui réconcilie complètement les données historiques et bibliques, permet le recoupement avec plusieurs milliers de preuves archéologiques et rend sa cohérence au Livre.
Le présent volume dévoile les résultats de cette analyse sous forme d’un essai romancé marginal et percutant dont les sources et références satisfont aux plus hautes exigences.

Tome 2: La sortie

Genre : essai

464 pg – A5 (5.83 x 8.27 in / 148 x 210 mm)

Atteint du syndrome d’Asperger, Allan Arsmann a développé un « intérêt particulier » pour la Bible et l’archéologie. À l’âge de vingt-cinq ans, il va commencer à lire la Bible de manière compulsive. Il va la lire à plusieurs centaines de reprises, quasiment sans s’arrêter, pendant plus de quatre ans. Y ajoutant la lecture de milliers de textes anciens et d’analyses modernes, il va emmagasiner en son esprit un ensemble de connaissances totalement inédit. Fort de cet assemblage de données, son cerveau Asperger va lui permettre de solutionner quelques-unes des plus grandes énigmes de l’histoire. Son analyse offre une vision rationnelle unique qui réconcilie complètement les données historiques et bibliques, permet le recoupement avec plusieurs milliers de preuves archéologiques et rend sa cohérence au Livre.
Ce second volume élucide complètement le passage de l’Exode et la vie de Moïse. Il en démontre l’historicité et en donne les dates et faits précis, preuves archéologiques à l’appui.

Tome 3: L'enfer

Genre : essai

714 pg – A5 (5.83 x 8.27 in / 148 x 210 mm)

Atteint du syndrome d’Asperger, Allan Arsmann a développé un « intérêt particulier » pour la Bible et l’archéologie. À l’âge de vingt-cinq ans, il va commencer à lire la Bible de manière compulsive. Il va la lire à plusieurs centaines de reprises, quasiment sans s’arrêter, pendant plus de quatre ans. Y ajoutant la lecture de milliers de textes anciens et d’analyses modernes, il va emmagasiner en son esprit un ensemble de connaissances totalement inédit. Fort de cet assemblage de données, son cerveau Asperger va lui permettre de solutionner quelques-unes des plus grandes énigmes de l’histoire. Son analyse offre une vision rationnelle unique qui réconcilie complètement les données historiques et bibliques, permet le recoupement avec plusieurs milliers de preuves archéologiques et rend sa cohérence au Livre.
Ce troisième volume nous plonge au coeur des tourments et enfers des rites anciens du Livre, nous invitant à découvrir leurs origines et fondements, afin de les comprendre.

Tome 4: Résurrection

Genre : essai

520 pg – A5 (5.83 x 8.27 in / 148 x 210 mm)

Atteint du syndrome d’Asperger, Allan Arsmann a développé un « intérêt particulier » pour la Bible et l’archéologie. À l’âge de vingt-cinq ans, il va commencer à lire la Bible de manière compulsive. Il va la lire à plusieurs centaines de reprises, quasiment sans s’arrêter, pendant plus de quatre ans. Y ajoutant la lecture de milliers de textes anciens et d’analyses modernes, il va emmagasiner en son esprit un ensemble de connaissances totalement inédit. Fort de cet assemblage de données, son cerveau Asperger va lui permettre de solutionner quelques-unes des plus grandes énigmes de l’histoire. Son analyse offre une vision rationnelle unique qui réconcilie complètement les données historiques et bibliques, permet le recoupement avec plusieurs milliers de preuves archéologiques et rend sa cohérence au Livre.

Ce quatrième volume est consacré au Nouveau Testament et à son principal personnage. L’auteur en décèle la part humaine et historique, révélant les probables significations premières d’un message  redevenu réaliste et scientifiquement démontrable.

 

Nos vidéos

4 commentaires

  • Danilo Sérafin dit :

    > Lire ce livre, c’est un peu comme ouvrir une fenêtre pour ventiler une pièce qui sent le renfermé.
    > Au fil des étonnantes, voire contrariantes hypothèses qu’Allan Arsmann émet et soutient avec des arguments souvent tout aussi surprenants, il a aéré de plus en plus de recoins de mon esprit où s’étaient subrepticement insinués et incrustés des a priori, et il m’a encouragé à les remettre en question. De ce premier tome, j’ai retenu – entre autres — des hypothèses dépoussiérantes relatives à la genèse, mais aussi à YHWH, Abraham et Sara.

    > Le choix insolite d’énoncer et de discuter ces hypothèses dans le cadre d’un dialogue entre un psychanalyste et son patient a grandement facilité ma lecture.
    > Les découvertes qu’Allan Arsmann a effectuées sont le fruit d’un énorme travail intellectuel : il a consacré de nombreuses années à des lectures croisées très intensives de sources dont le volume à lui seul devrait suffire pour effrayer beaucoup d’intrépides exégètes en puissance. Lors de ma lecture, j’ai constamment été conscient de ce remarquable labeur de recherche qui, à mon humble avis, mérite à lui seul qu’on accorde une sérieuse attention à ses résultats.
    > Plusieurs fois, j’ai été époustouflé par la capacité d’Allan Arsmann à identifier des parallèles convaincants entre des passages de textes qui, vu la complexité et l’immense diversité des sources, pourraient avoir échappé à beaucoup d’experts bibliques.
    > Tout cela m’a incité à patienter chaque fois que j’ai perçu une caractéristique du livre comme une faiblesse. Par exemple : les deux personnages s’expriment dans un style qui m’a semblé archaïque et lourd, mais — avec un peu de bonne volonté — je m’y suis habitué, d’autant plus que la richesse lexicale est sidérante. L’auteur fait preuve d’un amour profond pour la langue et l’écriture. J’ai été plusieurs fois ébahi par des envolées lyriques. Autre bémol : le dialogue est à sens unique, car le patient convainc presque toujours son psychanalyste. La répétition de ce schéma a donc fini par me lasser, mais m’a aussi offert diverses occasions de faire des pauses … le temps d’ouvrir ma porte ou ma fenêtre et d’aérer mon coin de lecture et de ventiler mes neurones par la même occasion 😉

  • Ifir dit :

    La bible, voilà un sujet dur à traiter de nos jours. L’image de l’église, la désertion des églises, le décalage de cette dernière. Tout ceci n’est pas «vendeur» ni même attrayant. Mais l’on oublie trop souvent que derrière un mouvement, une religion se cache des idées. Pourquoi se cachent-elles? Plus l’histoire du mouvement, de la religion est longue et plus le nombre d’intervenant ayant d’une manière ou d’une autre détourné aussi légèrement que ce soit, volontairement ou non, ces idées et plus ce que vous obtenez au final s’éloigne de l’intention d’origine. Le message se brouille avec le temps jusqu’à devenir incompréhensible. Et voila ce dont traite précisément cette série de livre, retrouver les idées d’origine.

    Tâche impossible crieront plus d’un. Certes très difficile est cette tâche mais là où cet ouvrage prend toute sa plus-value par rapport au millier de documents commentant, décortiquant la bible, c’est la spécificité du cerveau de son auteur.
    Un exemple parmi tant d’autre, pour la plupart des gens, l’évocation de Noël met en relief toute une série d’image telles que le sapin, la crèche, la neige, les boules,… tant cela leur semble évident sans avoir besoin de réflexion aucune.
    Le syndrome d’asperger a empêcher le cerveau d’Allan de prendre ces raccourcis, il n’y a pas de neurones miroirs. Il doit dans tout les domaines, comprendre élément par élément, bâtir méticuleusement. C’est un processus lent et socialement handicapant.

    Là ou cela devient intéressant, c’est quand l’un d’entre eux s’empare d’un sujet, qu’il en fait sa passion pendant dix, quinze ans voir plus et cela sans aucun a priori, avec la logique comme seule guide. À ce moment précis la différence est juste énorme, c’est une aubaine pour tous.

    Ce premier tome nous raconte sous la forme d’un dialogue l’extraordinaire voyage qu’a fait Allan Arsmann. A raconter cela, le danger est que les attentes seront énormes. Mais lorsqu’on bâtit un château il faut commencer par les premières pierres, s’assurer de leur solidité sous peine de voir le château s’écrouler une fois bâti. C’est ce que fait l’auteur dans ce premier ouvrage, nous assisterons à la pose des pierres de fondations, nous verrons les premiers étages parfaitement s’emboiter au premier avec comme ciment la logique, l’histoire, l’archéologie, la psychologie,…

    Mon avertissement, cependant, sera au lecteur, possédant, lui, ses neurones miroirs, habitués des raccourcis communément admis inconscients et excessivement peu remis en cause. Lecteur, si le réel n’est pas ton guide et que tu préfères le doux réconfort du communément admis, passe ton chemin, tu perdrais ton temps. Mais aux autres lecteurs, prêts à remettre en cause leurs idées préconçues, leur réalité (vision du réel), je dis «Continue». Le chemin sera rude mais la récompense d’autant plus grande.

    J’ai pour ma part pu faire ce chemin qui me semble essentiel à une époque ou l’Homme, face à le pléthore de défis cruciaux et vitaux, a besoin, plus que jamais, de connaître en profondeur l’instrument à l’aune duquel il regarde ce réel et fabrique sa réalité: son cerveau. Et malgré tout les à priori, c’est bien ce que l’on peut trouver caché au cœur des religions. Ce chemin est juste essentiel à la survie de l’humanité, mieux se connaître pour mieux se gérer. Car la seule et unique chose à l’origine de tout nos problèmes est bien l’incompréhension de notre cerveau.

  • Danilo Serafin dit :

    Tome 2 – L’ingénieuse enquête biblique d’Allan Arsmann se poursuit inexorablement dans ce second tome. Sur la base d’un grand nombre d’indices textuels, logiques et archéologiques, elle débouche assez rapidement sur une datation de l’Exode. Comme le déclic qui provoque une chute de dominos, cette datation est très lourde en conséquences, notamment sur l’identité de divers pharaons, d’Aaron et de Moïse. À mon humble avis, elle apporte enfin des explications plausibles à un événement atroce (le massacre des innocents) et à un comportement insensé (la cruauté du dieu de Moïse).

  • Ifir dit :

    Tome 2 – En tant qu’occidental vivant dans un monde à majorité chrétienne, voici une histoire que toute ma vie l’on me servit sous différente forme : L’Exode. Cette épopée, digne d’un Péplum, reste pour un enfant, ado, adulte difficile à croire tant les miracles accomplis laissent penser que ce récit n’est que pure invention.
    A la lecture de ce livre, force est de constater que toutes ces années je me suis trompé. Non pas que tout d’un coup l’Homme ait acquis la faculté d’ouvrir la mer ou de contrôler les nuées d’insectes mais un regard neuf, intelligent, documenté et par-dessus tout libre de ces poncifs, maintes fois ressassés et gravés dans nos mémoires, ouvre de nouveaux horizons.
    Ceux qui n’ont pas la foi et ceux qui l’ont aussi d’ailleurs, ne passez pas votre chemin, ceci n’est pas une énième analyse reprenant les mêmes bases. C’est une lecture logique, argumentée, étayée presque scientifique. Comment la foi peut-elle être compatible à ce type d’analyse penserez-vous ? He bien justement, en lieu et place de lieux communs, histoires fantastiques votre éventuelle foi pourra se nourrir de réel, de signification, certes plus subtiles, mais finalement combien elle s’en verra renforcée. Et pour les autres enfin une analyse qui s’abstient de raccourci de soi-disant évidence dogmatique. Voici une œuvre qui s’adresse à tout notre cerveau et non pas à une partie seulement.
    Une fois lue et assimilée, vous aurez envie de la faire lire à tout le monde, pour que cessent ces illusions collectives qui ont battis notre société judéo-chrétienne et prenne place un message encore plus beau ……
    Je m’arrête ici, emporté que je suis, mon excès d’enthousiasme risquerait de vous faire fuir. Il ne reste plus alors qu’une chose : Jugez par vous-même et lisez-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.